salle de nantes bande

expositions passées

2016

Espèces de courges!

Du 17 septembre au 12 novembre 2016

Découvrez le monde inusité des cucurbitacées grâce à l’exposition extérieure "Espèces de courges!" présentée gratuitement dans le Jardin du Gouverneur.

Tous les ans, la citrouille devient l’inévitable reine de l’automne. Si nous lui reconnaissons cet honneur, nous ignorons cependant que bien d’autres représentants de la famille des cucurbitacées sont présents dans notre quotidien. Ils se retrouvent non seulement dans les assiettes, mais aussi dans les produits de beauté, sur scène, comme instrument de musique ou dans les salons, comme élément décoratif. Cultivées il y a plus de 5 000 ans par les Amérindiens, les cucurbitacées sont aujourd’hui présentes sur tous les continents. Une histoire à découvrir!

L’exposition "Espèces de courges!" est une adaptation du Musée-conservatoire ethnologique de Haute-Provence, Prieuré de Salagon.

2015

Autour du foyer...traditions du temps des fêtes

Du 5 décembre 2015 au 3 janvier 2016

Durant toute la période des Fêtes, cinq manteaux de cheminées du Château Ramezay seront somptueusement décorés selon une thématique bien précise : chaque âtre vous dévoilera un aspect d’une tradition du temps des Fêtes. Cartes de vœux, bas de Noël ou calendrier de l’Avent… vous en apprendrez bien plus encore autour de nos foyers!

Espèces de courges!

Du 12 septembre au 1er novembre 2015

Le Château Ramezay – Musée et site historique de Montréal invite petits et grands à découvrir le monde inusité des cucurbitacées grâce à l’exposition extérieure Espèces de courges! présentée gratuitement dans le Jardin du Gouverneur.

Tous les ans, la citrouille devient l’inévitable reine de l’automne. Si nous lui reconnaissons cet honneur, nous ignorons cependant que bien d’autres représentants de la famille des cucurbitacées sont présents dans notre quotidien. Ils se retrouvent non seulement dans les assiettes, mais aussi dans les produits de beauté, sur scène, comme instrument de musique ou dans les salons, comme élément décoratif. Cultivées il y a plus de 5000 ans par les Amérindiens, les cucurbitacées sont aujourd’hui présentes sur tous les continents. Une histoire à découvrir!

L’exposition Espèces de courges! est une adaptation du Musée-conservatoire ethnologique de Haute-Provence, Prieuré de Salagon.

Pour toute la famille

Les enfants ont rendez-vous avec plusieurs membres de la famille des cucurbitacées grâce à un parcours leur étant spécifiquement destiné. Muni d’un livret de jeux, ils feront la connaissance de Rougenelle, un sympathique potimarron rouge, et de ses nombreux cousins. Concombres, courgettes et pâtissons révèleront leurs secrets pour permettre aux botanistes en herbe de remplir leur mission…suivre la piste du mot mystère!

Dégustation de courges

Pendant que les enfants parcourent le jardin, goûtez à la diversité offerte par la grande famille des cucurbitacées. Les dimanches d’octobre, de 13 h à 16 h, quatre courges peu communes et à l’allure intrigante s’offriront à votre palais. Saurez-vous reconnaître la chair de la bleue de Hongrie ? Ou le goût surprenant du potiron galeux d’Eysines ? Complétez votre visite en savourant quelques gorgées d’un réconfortant potage à la citrouille.

Le tourisme au Québec à l'ère de l'automobile

Présentée jusqu'au 12 octobre 2015

L’exposition Le tourisme au Québec à l’ère de l’automobile présente l’évolution du tourisme depuis l’apparition de l’automobile, au début du 20e siècle, jusqu’aux années 1970. De nos jours, voyager en automobile, c’est anodin. Un siècle plus tôt, passer du train à l’automobile, c’est acquérir une nouvelle liberté. L’utilisation de celle-ci transforme le voyage et offre une panoplie d’itinéraires possibles. On se déplace à notre rythme et on s’arrête là où bon nous semble. Mais surtout, l’automobile donne naissance à un nouveau type de tourisme au Québec : le tourisme nomade.

Les thèmes abordés dans cette exposition et les informations qui s’y rattachent sont tirés de la thèse de doctorat de Maude-Emmanuelle Lambert, À travers le pare-brise : la création des territoires touristiques à l’ère de l’automobile (Québec et Ontario, 1920-1967), réalisée en 2013 sous la direction de Michèle Dagenais, professeure à l’Université de Montréal.

L’exposition Le tourisme au Québec à l’ère de l’automobile est présentée gratuitement sur la place De La Dauversière, située entre le Château et la place Jacques-Cartier, en face de l’hôtel de ville de Montréal. Vous pouvez la visiter jusqu’au 12 octobre 2015.

Les moutondeuses

Présentée du 23 mai au 12 octobre 2015

Dans le cadre de la 7e édition de Métis-sur-Montréal, le Château Ramezay – Musée et site historique de Montréal et les Jardins de Métis présentent «Les Moutondeuses», une série d’installations pratiques et ludiques, ainsi que des accessoires essentiels au bien-être des moutons qui entretiennent désormais quotidiennement la pelouse en remplacement des tondeuses à essence utilisées traditionnellement aux Jardins de Métis.

Ce projet a été conçu et réalisé par les étudiants de 2e année en Bachelor Design Industriel de l'ECAL/Ecole cantonale d'art de Lausanne, Suisse. Une sélection de pièces ainsi que des photographies de Nicolas Haeni seront exposées en plein air sur la place De La Dauversière dans le Vieux-Montréal.

2014

Autour du foyer... Traditions du temps des Fêtes

Présentée du 6 décembre 2014 au 4 janvier 2015

Durant toute la période des Fêtes, cinq manteaux de cheminées du Château Ramezay seront somptueusement décorés selon une thématique bien précise : chaque âtre vous dévoilera un aspect d’une tradition du temps des Fêtes. Cartes de vœux, bas de Noël ou calendrier de l’Avent… vous en apprendrez bien plus encore autour de nos foyers!

ESPÈCES DE COURGES!

Présentée du 13 septembre au 2 novembre 2014

Tous les ans, la citrouille devient l’inévitable reine de l’automne. Si nous lui reconnaissons cet honneur, nous ignorons cependant que bien d’autres représentants de la famille des cucurbitacées sont présents dans notre quotidien. Ils se retrouvent non seulement dans les assiettes, mais aussi dans les produits de beauté, sur scène, comme instrument de musique ou dans les salons, comme élément décoratif. Cultivées il y a plus de 5000 ans par les Amérindiens, les cucurbitacées sont aujourd’hui présentes sur tous les continents. Une histoire à découvrir!

Crimes et Châtiments - La justice en Nouvelle-France

Présentée du 26 novembre 2013 au 13 octobre 2014

Devenez magistrat et faites appliquer les lois coloniales des 17e et 18e siècles lors de l’exposition Crimes et Châtiments - La Justice en Nouvelle-France présentée au Château Ramezay – Musée et site historique de Montréal! Rencontrez différents criminels notoires de l’histoire judiciaire du Québec et découvrez leur sentence.

Dans cette exposition interactive, vous vous familiariserez d’abord avec le système judiciaire français. En Nouvelle-France, on pratiquait le droit pénal issu de la Coutume de Paris, instauré par Louis XIV en 1667. À cette époque, les criminels étaient présumés coupables jusqu’à ce qu’ils prouvent leur innocence. Les colons français étaient bien loin de profiter de notre système de droit actuel!

Puis, à vous de jouer au magistrat! Étudiez le cas de quelques criminels de la colonie, tel que celui de Marie-Josephe-Angélique, l’esclave inculpée pour l’incendie de 46 maisons et de l’Hôtel-Dieu de Montréal en 1734. Les châtiments imposés vous semblent-ils appropriés aux offenses des malfaiteurs? Comparez les sanctions réservées aux criminels par la justice coloniale, avec celles que leur attribuerait le Code criminel canadien d’aujourd’hui.

Enfin, différents châtiments seront reconstitués, pour permettre aux visiteurs de prendre la place des bourreaux et d’observer carcan, cage de pendaison, fer à marquer et autres instruments de torture.

L'histoire des marchés publics à Montréal

Présentée du 4 juillet au 13 octobre 2014

Le Château Ramezay – Musée et site historique de Montréal vous invite à découvrir l’évolution des marchés publics dans le paysage montréalais. Réalisée en collaboration avec les Marchés Publics de Montréal, l’exposition L’histoire des marchés publics à Montréal accueille gratuitement les visiteurs sur la place De La Dauversière du 3 juillet au 13 octobre 2014.

Depuis 1676, le marché public occupe une place centrale au sein de la communauté montréalaise. Instaurés à l’époque de la Nouvelle-France, les marchés se multiplient au point d’atteindre un pic de popularité vers les années 1800. En plus d’être un endroit de prédilection pour s’approvisionner, ils deviennent des lieux privilégiés de rassemblement et de divertissement. La gestion publique des marchés de la Ville contribue à leur donner un caractère unique qui façonnera l’identité montréalaise. De nos jours, les places de marché regagnent tranquillement leurs lettres de noblesse après un déclin au profit des supermarchés quelques décennies plus tôt.

À travers les cartes, les illustrations et les photographies anciennes, découvrez l’aménagement des premières places de marchés de la métropole et les traces qu’elles ont laissées dans l’organisation urbaine actuelle. Rétroéclairée, cette exposition extérieure est offerte gratuitement, jours et soirs, du 3 juillet au 13 octobre 2014 sur la place De La Dauversière située entre le Château Ramezay et la place Jacques-Cartier, en face de l’hôtel de ville.

Nacelles itinérantes

Présentée du 4 juillet au 13 octobre 2014

Dans le cadre de la 6e édition de Métis-sur-Montréal, le Château Ramezay – Musée et site historique de Montréal et les Jardins de Métis présentent Nacelles itinérantes. Cette installation de la firme North Design Office vous invite à la détente et au loisir dans le décor apaisant de la place De La Dauversière du 3 juillet au 13 octobre 2014.

Les Nacelles itinérantes évoquent un troupeau dans un pâturage qui s’est rassemblé dans un champ de graminées au cœur du quartier historique de Montréal. Telles des bêtes futuristes, les formes sphériques semblent avancer lourdement à travers le site. Leur douce présence encourage les passants à prendre une pause et apprécier l’oasis de verdure qui les entoure. Au fil des saisons, l’installation intensifie la connexion aux éléments environnants à l’aide d’un jeu d’ombres, de textures et de réflexions. Les nacelles se révèlent ainsi un endroit propice aux échanges, le temps d’une promenade contemplative, d’un pique-nique entre amis ou d’une célébration festivalière.

Fondée par Pete et Alissa North, North Design Office est une firme d’architecture de paysage, d’urbanisme et de design établie à Toronto depuis 2005. À partir d’une compréhension en profondeur de l’espace, du contexte et de la communauté, l’entreprise élabore des environnements urbains qui lui ont valu plusieurs prix à travers le Canada et les États-Unis.

L’installation Nacelles itinérantes est présentée gratuitement du 3 juillet au 13 octobre 2014 sur la place De La Dauversière située entre le Château Ramezay et la place Jacques-Cartier, en face de l’hôtel de ville de Montréal. 

2013

Autour du foyer... Traditions du temps des Fêtes

Présentée du 7 décembre 2013 au 5 janvier 2014

Durant toute la période des Fêtes, cinq manteaux de cheminées du Château Ramezay seront somptueusement décorés selon une thématique bien précise : chaque âtre vous dévoilera un aspect d’une tradition du temps des Fêtes. Cartes de vœux, bas de Noël ou calendrier de l’Avent… vous en apprendrez bien plus encore autour de nos foyers!

ESPÈCES DE COURGES!

Présentée du 14 septembre au 10 novembre 2013

Tous les ans, la citrouille devient l’inévitable reine de l’automne. Si nous lui reconnaissons cet honneur, nous ignorons cependant que bien d’autres représentants de la famille des cucurbitacées sont présents dans notre quotidien. Ils se retrouvent non seulement dans les assiettes, mais aussi dans les produits de beauté, sur scène, comme instrument de musique ou dans les salons, comme élément décoratif. Cultivées il y a plus de 5000 ans par les Amérindiens, les cucurbitacées sont aujourd’hui présentes sur tous les continents. Une histoire à découvrir!

DU COQ À L'ÂME - L'ART POPULAIRE AU QUÉBEC

Présentée du 20 mai au 3 novembre 2013

Qu’ont en commun une girouette en bois, une peinture en coquilles d’œufs et une niveleuse en capsules de bouteille? C’est ce que l’on pourra découvrir, du 20 mai au 3 novembre 2013, dans une charmante exposition consacrée à l’art populaire du Québec. Réalisée par le Musée canadien des civilisations, Du coq à l’âme – L’art populaire au Québec propose un voyage en compagnie de plus de soixante pièces remarquables.

Du coq à l’âme réunit une variété impressionnante de créations – sculptures, peintures, céramiques et autres – qui témoignent du talent des artistes en art populaire, d’hier à aujourd’hui. Parmi les objets exposés figurent des pièces anciennes et contemporaines ainsi que des œuvres traditionnelles et «indisciplinées».

Jardins M

Présentée du 29 juin au 20 octobre

À l’occasion du 5e anniversaire de l’événement Métis-sur-Montréal, le Château Ramezay – Musée et site historique de Montréal et les Jardins de Métis présentent Jardins M. Cette installation de l’Atelier Pierre Thibault vous propose, au cœur du Vieux-Montréal, un lieu de rencontre entre la ville et la nature qui brouille les limites entre l’intérieur et l’extérieur et vous offre l’opportunité d’une pause inusitée à l’ombre du Château Ramezay.

Sur la place De La Dauversière, les cinq formes architecturales des Jardins M (Métis, Mobile, Montréal…) prennent place dans l’espace : elles évoquent la ville. Chacune constitue un abri unique pour un jardin précieux; cinq espaces qui sont autant de lieux de contemplation, de détente et de découverte. Quittez la ville quelques instants pour marcher sur la grève dans la maison roche. Glissez-vous entre les troncs et effleurez l’écorce des arbres de la maison forêt. Venez et revenez, tout au long de l’été, contempler l’évolution des pousses de blé de la maison champs. Assoyez-vous quelques instants dans la maison repos. Ébahissez-vous devant la richesse des fleurs de la maison abri, qui protège cette nature magnifique et fragile.

On doit à Pierre Thibault et son équipe plusieurs réalisations dont l’abbaye cistercienne de Saint-Jean-de-Matha et plusieurs maisons-nature. Son travail, toujours guidé par l’interaction entre l’être humain et le territoire à occuper, a été récompensé de nombreuses fois tant au Québec qu’ailleurs dans le monde.

Jardins M est présenté gratuitement du 3 juillet au 20 octobre 2013 sur la place De La Dauversière située entre le Château Ramezay et la place Jacques-Cartier, en face de l’hôtel de ville de Montréal.

Les jardins d'agrément en Nouvelle-France

Présentée du 29 juin au 14 octobre 2013

Vous pensez que le jardinage urbain est une nouvelle tendance? Détrompez-vous. Depuis sa fondation, Montréal est couverte de jardins. Chacun a le sien : gouverneurs et intendants, communautés religieuses et particuliers. Pour tous, il est d’abord potager et utilitaire, mais également lieu de loisir, espace de discussion et de rencontre.

Au même titre que les vêtements et les habitations, le jardin démontre le prestige de son propriétaire. À travers les cartes et les plans de plusieurs jardins de la colonie, découvrez l’aménagement des premiers jardins urbains d’ici. Cette exposition est également le prétexte au retour des magnifiques photographies florales de Louise Tanguay sur la place De La Dauversière.

Les thèmes abordés dans cette exposition et la majorité des informations qui s’y rattachent sont tirés du livre Les jardins d’agrément en Nouvelle-France. Étude historique et cartographique, de Marie-Josée Fortier, publié en décembre 2012.

Au temps de la petite vérole

Présentée du 16 novembre 2011 au 28 avril 2013

L'exposition Au temps de la petite vérole - Médecins, chirurgiens et apothicaires en Nouvelle-France vous invite à explorer les diverses facettes du « système de santé » aux 17e et 18e siècles.

En Nouvelle-France, des épidémies menacent régulièrement la colonie; la variole, aussi appelée petite vérole, est la maladie infectieuse la plus fréquente et la plus meurtrière. À cette époque, les problèmes de salubrité publique sont criants et les pratiques d’hygiène personnelle demeurent, à nos yeux, très sommaires. Pour en découvrir davantage, prenez un numéro! Vous serez ainsi jumelés à un personnage historique, tel que le Gouverneur de Ramezay, qui vous entraînera, tout au long de l’exposition, dans ses « péripéties médicales ».

Au temps de la petite vérole regroupe plus de 250 artefacts, témoins privilégiés des pratiques – ô combien différentes! – d’autrefois. Ces derniers proviennent de diverses institutions muséales, dont les collections du Musée Stewart. De la trousse de trépanation à la seringue à lavement, en passant par le pot de chambre, le battoir à lessive, les forceps, le coffret d’apothicaire et la ceinture de virilité, ces objets inusités vous feront apprécier les pratiques d’aujourd’hui!

Grâce à la collaboration spéciale de la Ville de Montréal et du département d’anthropologie de l’Université de Montréal, les visiteurs auront une rare occasion de voir des ossements provenant du cimetière de la première église Notre-Dame. Ceux-ci représentent une source d’informations sur la vie des premiers Montréalais : leurs maladies, les traitements et les interventions chirurgicales de l’époque.

Des visites commentées sont offertes aux groupes, sur réservation.

2012

Autour du foyer... Traditions du temps des Fêtes

Présentée du 1er décembre 2012 au 6 janvier 2013

Durant toute la période des Fêtes, cinq manteaux de cheminées du Château Ramezay seront somptueusement décorés selon une thématique bien précise : chaque âtre vous dévoilera un aspect d’une tradition du temps des Fêtes. Cartes de vœux, bas de Noël ou calendrier de l’Avent… vous en apprendrez bien plus encore autour de nos foyers!

Miroirs de la mémoire

Présentée du 24 octobre au 25 novembre 2012

Artiste peintre d’inspiration réaliste, Françoise Pascals reproduit les choses telles qu’elle les voit. À la manière des peintres flamands et italiens des 15e et 16e siècles, ses natures mortes et trompe-l’œil capturent magnifiquement la complexité du réel, la subtilité du détail. Pour cette exposition, madame Pascals a créé 23 ensembles picturaux composés d’artefacts tirés des collections du Château Ramezay. Cette expo-vente est une occasion unique d’acquérir une œuvre réalisée par une artiste de talent, tout en contribuant à soutenir le Musée. Il s’agit également d’une façon de s’approprier une œuvre de la collection du Château Ramezay.

Espèces de courges!

Présentée du 15 septembre au 4 novembre 2012

Tous les ans, la citrouille devient l’inévitable reine de l’automne. Si nous lui reconnaissons cet honneur, nous ignorons cependant que bien d’autres représentants de la famille des cucurbitacées sont présents dans notre quotidien. Ils se retrouvent non seulement dans les assiettes, mais aussi dans les produits de beauté, sur scène, comme instrument de musique ou dans les salons, comme élément décoratif. Cultivées il y a plus de 5000 ans par les Amérindiens, les cucurbitacées sont aujourd’hui présentes sur tous les continents. Une histoire à découvrir!

150 ans d’action: un patrimoine montréalais en évolution

Présentée du 18 juin au 8 octobre 2012

Dans le cadre des célébrations entourant le 150e anniversaire de sa Société fondatrice, le Château Ramezay – Musée et site historique de Montréal, en partenariat avec la Fondation Héritage Montréal, présente l’exposition 150 ans d’actions : un patrimoine montréalais en évolution. Tout en images, cette rétrospective porte sur le thème du patrimoine urbain et des actions menées pour en assurer la sauvegarde et la mise en valeur.

Si les murs du Château Ramezay peuvent aujourd’hui encore raconter leur histoire, c’est d’abord parce que ce bâtiment a été sauvé de la démolition par un groupe de citoyens soucieux de préserver et faire parler les témoins du passé. Ce bel exemple de sauvegarde du patrimoine s’inscrit dans une impressionnante lignée d’actions similaires menées à Montréal.

L’exposition 150 ans d’actions propose de découvrir, grâce à des reproductions photographiques rétroéclairées durant la nuit, toute la richesse et la diversité du patrimoine bâti de Montréal. Du « Faubourg à m’lasse » au monument à Louis Cyr, en passant par le silo no. 5, Habitat 67 et Place Ville Marie, cette exposition retrace ce qui a été, ce qui est encore et ce qui aurait pu être…

L’exposition est présentée gratuitement sur la place De La Dauversière, entre le Château Ramezay et la place Jacques-Cartier.

Les exemples retenus pour cette exposition racontent l’histoire de l’attachement des citoyens et de leurs associations à la sauvegarde et à la mise en valeur du patrimoine très diversifié qui distingue la métropole. C’est aussi l’évolution du regard qu’une société porte à son patrimoine qui est mise en évidence tout comme les efforts visionnaires et généreux de personnes à qui Montréal doit aujourd’hui d’être ce qu’elle est. En 2012, ce n’est pas qu’un retour sur le passé autant qu’une question sur les leçons à tirer pour mieux imaginer et réaliser le Montréal qu’on laissera en héritage. - Dinu Bumbaru

Tisse Métis Égal

Présentée du 18 juin au 8 octobre 2012

Dans le cadre de l’évènement Métis-sur-Montréal présenté pour une quatrième année consécutive, le Château Ramezay et les Jardins de Métis présentent l’installation Tisse Métis Égal réalisée par le Collectif PLUX.5. Imposante structure architecturale, cette œuvre éclatante propose une surprenante relecture du paysage urbain de la métropole. Audacieux par son design et par sa forme, ce nouvel espace éphémère transforme l’expérience de tous ceux qui y pénètrent. Un regard inédit sur le Vieux-Montréal!

Érigée au cœur du quartier historique, cette installation contemporaine agit tel un filtre coloré qui métamorphose notre perception des lieux. Ses parois perforées, parsemées d’un motif triangulaire habilement emprunté au tissage traditionnel, notamment à l’ornementation de la ceinture fléchée, tracent un saisissant parallèle avec le passé québécois. À l’intérieur, le visiteur assiste à un jeu d’ombre et de lumière qui modifie sa compréhension de l’œuvre et des éléments qui l’entourent. Tisse Métis Égal est un hommage à l’histoire québécoise, une brillante interprétation de ses traditions vues à travers un regard moderne.

L'installation est présentée gratuitement sur la place De La Dauversière, entre le Château Ramezay et la place Jacques-Cartier.

Plaques, phares et dragons à poire : témoins de l’histoire de l’automobile

Présentée du 7 au 11 juin 2012

Dans le cadre du Grand Prix du Canada, le Château Ramezay présente l’exposition Plaques, phares et dragons à poire : témoins de l’histoire de l’automobile. Les amateurs de bolides à grande vitesse tout autant que les passionnés d’histoire sont conviés à découvrir l’impact de l’arrivée de l’automobile et les bouleversements entraînés par cette « voiture sans chevaux ».

Lorsqu’elle fait son apparition à la fin du 19e siècle, l’automobile ne fait pas l’unanimité : sa présence dérange l’ordre établi. Malgré les réticences initiales, ce véhicule s’installe définitivement dans le paysage urbain et teinte différentes sphères du quotidien.

L’exposition plonge le visiteur au cœur de l’univers de l’automobilisme. Elle propose une découverte de l’adaptation de l’humain à la « machine ».

Cette exposition est présentée en collaboration et grâce aux collections de monsieur Guy Thibault.

2011

Profit et Ambition - La traite des fourrures au Canada, 1779-1821

Présentée du 17 mai au 2 octobre 2011

Profit et ambition relate l’histoire de la Compagnie du Nord-Ouest, un consortium extraordinaire composé d’entrepreneurs montréalais, d’explorateurs écossais, de voyageurs canadiens-français, de chasseurs de bison métis, de trappeurs autochtones et de « femmes du pays ». Ceux-ci ont ensemble créé un empire commercial et ouvert de nouvelles routes sur tout le continent, jetant ainsi les bases du Canada tel que nous le connaissons aujourd'hui.

Une collection unique

Profit et ambition regroupe quelque 90 artefacts et œuvres d’art, parmi lesquels des objets remarquables figurent, tels que des articles de commerce – mousquets, outils en métal, autochtones et européens. De nombreux objets exposés datent de la fin du 18e siècle. L’exposition présente aussi des documents originaux de la Compagnie du Nord-Ouest dont des contrats de voyageurs. Parmi les œuvres d’art présentées, on trouve des peintures de Frances Anne Hopkins, une Anglaise étonnante qui a voyagé avec son mari en canot rabaska au milieu des années 1800 et immortalisé des scènes du commerce des fourrures.

La plupart des artefacts sont tirés des collections du Musée canadien des civilisations, mais certains d’entre eux proviennent du Musée canadien de la guerre, de Bibliothèque et Archives Canada, des Archives de la Compagnie de la Baie d’Hudson, de Parcs Canada et du Musée de la civilisation à Québec.

Profit et ambition est une exposition itinérante réalisée par le Musée canadien des civilisations. Rappelons qu'elle a déjà été vue par plus de 100 000 personnes, alors qu’elle était présentée au Musée canadien des civilisations, à Gatineau (Québec), de septembre 2009 à février 2011.

Couleurs en fleurs

Présentée du 21 juin au 2 octobre 2011

L’illustre photographe Louise Tanguay nous revient cette année avec une toute nouvelle exposition de macrophotographie florale, Couleurs en Fleurs. Laissez-vous enchanter par l’éblouissante sensualité des formes, des textures et des couleurs de ces spectaculaires et fascinantes photographies.

Photographe de renom, Mme Tanguay parcourt le monde depuis une quarantaine d’années pour perpétuer ces vies éphémères. Des déserts aux îles luxuriantes, en passant par la forêt boréale et les volcans, les fleurs traversent le temps à travers son objectif.

Couleurs en fleurs est présentée gratuitement sur la place De La Dauversière, entre le Château Ramezay et la place Jacques-Cartier. La présentation de cette installation d’art contemporain est réalisable grâce à la participation financière de l’arrondissement Ville-Marie, de la SDC du Vieux-Montréal et de Desjardins.

Le sapin est un arbre

Présentée du 21 juin au 2 octobre 2011

Le sapin est un arbre, une installation présentée en partenariat avec les Jardins de Métis dans le cadre de l’événement Métis-sur-Montréal, est une création peu conventionnelle du collectif Rita. En insérant l’icône du « sapin sent-bon » dans notre environnement, Rita réinterprète le reboisement de façon tout à fait étonnante et singulière.

L’utilisation de la forme du petit sapin parfumé pour cette installation fait aussi un clin d’œil à l’histoire de la place De La Dauversière, qui fut un stationnement automobile de 1956 à 1997.

Le sapin est un arbre est présentée gratuitement sur la place De La Dauversière, entre le Château Ramezay et la place Jacques-Cartier. La présentation de ces deux installations d’art contemporain est réalisable grâce à la participation financière de l’arrondissement Ville-Marie, de la SDC du Vieux-Montréal et du Jardin de Métis.

De "Q1" à "Je me souviens", une histoire de l'immatriculation

Présentée du 6 au 26 juin 2011

Depuis l’avènement de l’automobile, le partage de la route a grandement évolué. Au fil des années, les calèches ont cédé la place à l’automobile, entraînant une rapide transformation des comportements sociaux et repoussant les limites de la distance et de l’accessibilité. Tourisme automobile, équipement d’hiver, signalisation routière, articles de loi… Laissez-vous conduire à travers plus de 100 ans de l’histoire de l’immatriculation!

Vous serez étonnés de découvrir certaines facettes de l’histoire automobile. Saviez-vous que certaines plaques québécoises offraient des privilèges pour le moins particuliers? En effet, les plaques d’immatriculation numérotées et suivies d’un «B» étaient émises pour les amis du Premier ministre Duplessis… leur octroyant ainsi l’immunité aux contraventions!

En vedette, ne manquez pas la fameuse De Dion-Bouton de Monsieur Ucal-Henri Dandurand, la toute première voiture à avoir été immatriculée au Québec en 1906. À cette époque, le propriétaire d’un véhicule-moteur devait lui-même inscrire son numéro d’immatriculation sur son véhicule. Ainsi, le numéro Q1 attribué à la De Dion-Bouton de Monsieur Dandurand fut peint directement sur sa carrosserie.

2009

À Table! Traditions alimentaires au Québec

Présentée du 10 novembre 2009 au 27 avril 2011

Steak, blé d’Inde, patates… Existe-t-il une expression populaire plus évocatrice de la tradition culinaire québécoise? Ces quelques mots résument à eux seuls tout l’amalgame des influences alimentaires au Québec : le maïs associé aux Premières Nations, la consommation bovine, aux colons français et la pomme de terre, rappelant la présence britannique.

Au cours des dernières années, des découvertes étonnantes ont été faites sur les habitudes alimentaires d’autrefois et sur l’héritage que nous en conservons aujourd’hui. Par exemple, saviez-vous…

Que le fameux repas de cabane à sucre est tout droit sorti des cuisines britanniques;
Qu’en Nouvelle-France, les Canadiens mangent la viande de castor en plein carême… avec la bénédiction de l’Église;
Que le vin est une boisson consommée à des fins thérapeutiques;
Qu’aux 17e et 18e siècles, on mange « mieux » au Canada qu’en France?
L’exposition À Table! explore les différentes facettes de la culture culinaire du, depuis l’arrivée des premiers habitants jusqu’à nos jours. Elle présente non seulement les aliments qui étaient consommés, mais aussi les méthodes de conservation et de préparation des repas, les techniques d’agriculture et leur impact sur la cuisine, les us et coutumes entourant les plaisirs de la table, les réseaux d’importation des denrées comestibles, ainsi que les apports plus récents des nouveaux arrivants au répertoire culinaire québécois.

Plus d’une centaine d’artefacts témoignent de l’évolution des habitudes de consommation : de la tinette à la crémaillère, en passant par la bouteille de bière de gingembre, l’étui à cure-dents, la cafetière égoïste, les coupons de rationnement et même le couteau à smoked meat de chez Schwartz’s.

L’exposition À Table! est une invitation à mesurer vos connaissances sur l’origine des plats dits «traditionnels» et à découvrir les influences culturelles qui ont façonné notre répertoire culinaire au cours des siècles. Venez découvrir l’histoire… dans une assiette!

Le grand tour du Vélo

Présentée du 5 mai au 7 septembre 2009

Dans le cadre des festivités entourant la 25e édition du Tour de l’Île de Montréal, le Château Ramezay est fier de présenter l’exposition Le Grand Tour du Vélo. Les amateurs de cyclisme autant que les cyclistes amateurs sont invités à découvrir toutes les facettes de la bicyclette, de l’ancien Grand Bi jusqu’au tout nouveau Bixi!

Chaque année, les mordus de vélo répondent à l’appel du guidon et dévorent littéralement des kilomètres de pistes. Cet engouement pour le cyclisme, qui constitue l’un des loisirs favoris des Canadiens, ne date pas d’hier. Dès son apparition dans le paysage montréalais, vers la fin des années 1860, le vélo fait rapidement des adeptes. Plus économique que le cheval ou l’automobile et plus satisfaisant que le transport en commun, l’utilisation de la bicyclette par un nombre croissant de citoyens oblige les autorités à penser, un siècle plus tard, un réseau de pistes cyclables sillonnant la ville.

Aujourd’hui, la popularité du vélo n’est plus à démontrer. La marée de cyclistes qui déferle sur la ville lors du Tour de l’Île de Montréal en témoigne. Ce rassemblement qui regroupe chaque année 30 000 adeptes, constitue le plus grand évènement cycliste du continent, faisant de Montréal la métropole du vélo en Amérique.

L’exposition Le Grand Tour du Vélo explique l’importance du cyclisme dans la vie quotidienne des Nord-Américains. Qu’il soit moyen de transport ou loisir, le vélo est toujours associé à la notion de plaisir. Une soixantaine d’artefacts en témoignent. Du Grand Bi au vélocipède, en passant par les permis de bicyclette du 19e siècle, les plaques d’immatriculation pour vélo ou les outils d’entretien, tout l’univers de la bicyclette y est présenté… jusqu’au tricycle rouge flamboyant qui depuis toujours, fait l’envie des enfants!

2008

Coup de patins, la passion canadienne pour le patinage

Présentée du 7 novembre 2008 au 29 mars 2009

Les amateurs de sports, les passionnés d’histoire et les amoureux de l’hiver sont invités à suivre l’évolution de cette activité millénaire qui s’est implantée dans notre culture et s’est développée en tant que sport national.

L’exposition Coup de patins traite à la fois du patinage artistique, du patinage de vitesse et du hockey. Elle relate les origines européennes de cette activité et démontre à quel point la passion pour ce sport s’est répandue rapidement dans notre société, notamment à travers l’organisation de différents clubs, la construction de nombreuses patinoires et la mise sur pied de carnavals de toutes sortes.

Pour évoquer ce plaisir d’hiver, plus d’une trentaine d’artefacts sont exposés, dont un vaste éventail de patins anciens, de somptueux costumes, de précieuses médailles, ainsi que des livres consacrés au patinage.

Coup de patins est une exposition itinérante réalisée en collaboration avec le Musée canadien des civilisations.

Peur Bleues, quand la mer créé les légendes

Présentée du 21 mai au 19 octobre 2008

Dans le cadre des festivités de 2008 entourant l’établissement de la colonie française en Amérique, le Château Ramezay présente Peurs Bleues, une exposition qui aborde la relation de l’homme à la mer, depuis le 15e siècle jusqu’à nos jours.

Peurs bleues, une adaptation de l’exposition conçue par La Corderie Royale – Centre International de la mer à Rochefort en France, propose un voyage au cœur de l’univers marin. Que pouvait représenter la mer pour ceux qui s’y aventuraient? Un monde sans repère, peuplé de monstres, frappé par les tempêtes, la maladie et la piraterie.
Première épreuve à surmonter pour s’établir en Amérique, la mer a façonné l’identité québécoise par les aventures racontées, jusqu’aux traces laissées sur le paysage culturel. De l’Europe aux rives du Saint-Laurent, sabre d’abordage, figure de proue, cartes anciennes et autres objets inusités révèlent les secrets de cet univers hostile. Embarquez-vous… la mer vous attend!

2007

Seigneurs et Bâtisseurs de Montréal. Les Prêtres de Saint-Sulpice, 1663-1854

Présentée du 19 septembre au 25 novembre 2007

Qui a effectué le tracé des premières rues de Montréal ? Qui a fait construire la Basilique Notre-Dame et le Grand Séminaire ? C’est aux Sulpiciens de Montréal que revient ce mérite.

Dans le cadre du 350e anniversaire de l’arrivée des premiers Sulpiciens en Nouvelle-France, le Musée dresse le portrait fascinant de cet ordre religieux. À la fois missionnaires, explorateurs, prêtres, propriétaires et seigneurs, leur présence a marqué profondément l’urbanisme et l’architecture de Montréal. Ne se limitant pas à la vie religieuse, ils œuvraient activement à l’économie de la ville, la gestion des terres et à l’application des lois.

information

Christine Brisson, Chef - Collections et Expositions

cbrisson@chateauramezay.qc.ca

Téléphone : 514 861-3708 poste 230 | Télécopieur : 514 861-8317