pleasure garden bande

jardin ornemental

jardin ornemental En 1749, Pehr Kalm décrit longuement les cultures et les potagers des habitants de la Nouvelle-France, mais il ne fait aucune référence aux plantes ornementales qui y figurent. Pourtant, quarante ans plus tard, Thomas Anbury, qui publie lui aussi un journal de voyage, mentionne : «Le goût des fleurs parmi toutes les classes de la société canadienne française est presque généralisé.»

Dans le Jardin du Gouverneur, les fleurs propres au XVIIIe siècle sont concentrées dans le jardin ornemental, mais on les retrouve aussi dispersées dans les autres carrés ou le long des murs. Par ailleurs, les parterres donnant sur la rue Notre-Dame, créés au XIXe siècle lors de l’ouverture du Musée, contiennent des plantes de cette époque. On y retrouve encore des pivoines, hémérocalles, lys et hortensias voisinant avec des hostas et des astilbes.